Grande enquête Covid19 : loin des jolis contes du gouvernement, les tristes comptes des infirmières

6 avril 2020

Merci de penser au "j’aime" en fin d’article pour nous encourager !

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers a enre­gis­tré de nom­breu­ses remon­tées de manque de mas­ques FFP2 ou chi­rur­gi­caux, de patients non testés faute de moyens, etc. Pour avoir une idée plus pré­cise de la situa­tion réelle, le SNPI CFE-CGC a réa­lisé une grande enquête auprès des pro­fes­sion­nels infir­miers. Du 31 mars au 4 avril 2020, 32.047 infir­miè­res, cadres infir­miers ou infir­miè­res spé­cia­li­sées ont répondu. (en télé­char­ge­ment en fin d’arti­cle)

Lors d’une pre­mière enquête début mars, 16.383 infir­miers avaient répondu. Cette fois c’est pres­que le double, signe de la montée des préoc­cu­pa­tions des pro­fes­sion­nels infir­miers, qui cons­ta­tent que les man­ques per­du­rent, avec pour consé­quen­ces une conta­mi­na­tion impor­tante des soi­gnants, qui devien­nent conta­mi­nants pour leurs patients fra­gi­les.

C’est le 24 jan­vier que l’on a iden­ti­fié les pre­miers patients en France. « Nous déplo­rons l’impré­pa­ra­tion gou­ver­ne­men­tale, entre la déci­sion irres­pon­sa­ble de ne plus sto­cker de mas­ques FFP2, et le fait d’atten­dre fin février pour se déci­der enfin à en com­man­der en urgence. Agnès Buzyn nous a fait perdre deux mois. De même les res­pi­ra­teurs n’ont été com­man­dés que le 21 mars, alors qu’ils sont indis­pen­sa­bles pour aug­men­ter le nombre de lits de réa­ni­ma­tion » dénonce Thierry Amouroux, porte-parole du SNPI.
https://www.lese­chos.fr/indus­trie-ser­vi­ces/phar­ma­cie-sante/air-liquide-pro­duira-en-50-jours-autant-de-res­pi­ra­teurs-arti­fi­ciels-quen-trois-ans-promet-son-pdg-1190765

Aujourd’hui encore :
- 81% des infir­miè­res man­quent de mas­ques FFP2 (91% en psy­chia­trie et en libé­ral)
- la moitié man­quent de gel hydro-alcoo­li­que
- 59% des infir­miè­res man­quent de sur­blou­ses !

A tel point que par « Message d’Alerte Rapide Sanitaire » du 3 avril, la DGS recom­mande de laver et réu­ti­li­ser ces tenues à usage unique !

Au niveau des infir­miè­res qui exer­cent dans un établissement de soins :
-  Seulement 42% ont un masque chi­rur­gi­cal toutes les 4h (recom­man­da­tions de bonnes pra­ti­ques) 18% en psy­chia­trie
-  35% ont un seul masque par jour (au bout de quel­ques heures de suite, il est trop humide pour être effi­cace)
-  11% n’arri­vent pas à avoir un masque ! Particulièrement en psy­chia­trie (36%) et en EHPAD (13%)
-  Uniquement 12% en autant de mas­ques que néces­saire pour tra­vailler (pou­voir en chan­ger en cas de pro­jec­tions)

En libé­ral, seu­le­ment 64% ont reçu les « 18 mas­ques chi­rur­gi­caux par semaine », et un tiers les FFP2 !

«  Depuis le départ, les pro­fes­sion­nels infir­miers doi­vent gérer le manque, et pas seu­le­ment l’épidémie. Manque de mas­ques chi­rur­gi­caux. Manque de mas­ques FFP2. Manque de solu­tion hydro-alcoo­li­que (SHA). Manque de sur­blou­ses. Manque de pous­ses-serin­gues électriques. Manque de tests. Manque de médi­ca­ments de réa­ni­ma­tion et d’antal­gi­ques. C’est épuisant au quo­ti­dien  », dénonce Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC.

"Monsieur Véran est un spé­cia­liste en bons de com­mande, mais sur le ter­rain, on est tou­jours en situa­tion de manque. Quand on entend le minis­tre des Affaires étrangères, nous annon­cer qu’on aura 2 mil­liards de mas­ques fin juin, c’est se moquer du monde."
https://www.fran­cet­vinfo.fr/sante/mala­die/coro­na­vi­rus/coro­na­vi­rus-apres-l-annonce-de-la-sus­pen­sion-des-plans-hos­pi­ta­liers-le-syn­di­cat-natio­nal-des-pro­fes­sion­nels-infir­miers-estime-que-ce-sont-des-mots-et-attend-les-faits_3904093.html

COVID19 : Infirmiers et infir­miè­res, les lais­sés-pour-compte de la crise sani­taire. Faute de maté­riel de pro­tec­tion, ils peu­vent deve­nir conta­mi­nants pour leurs patients fra­gi­les
#OnOu­bli­ra­Pas
https://www.san­te­log.com/actua­li­tes/covid-19-infir­miers-et-infir­mie­res-les-lais­ses-pour-compte-de-la-crise

Dans une enquête réa­li­sée début avril auprès de 32 000 pro­fes­sion­nels #in­fir­miers, le Syndicat natio­nal des pro­fes­sion­nels infir­miers met en évidence le manque de moyens crois­sant. Libéraux et hôpi­taux psy­chia­tri­ques sont les plus mal lotis.
https://www.hos­pi­me­dia.fr/actua­lite/arti­cles/20200407-equi­pe­ment-trois-quarts-des-pro­fes­sion­nels-infir­miers-man­quent-de

50% des infir­miers ont vu des patients ren­voyés chez eux sans être testés, faute de tests suf­fi­sants. Les pénu­ries d’équipements (mas­ques, sur­blou­ses,...) sont sou­vent plus crian­tes chez les infir­miers libé­raux et dans les hôpi­taux psy­chia­tri­ques.
https://www.lex­press.fr/actua­lite/societe/sante/plus-d-un-infir­mier-sur-deux-manque-encore-de-mas­ques-de-pro­tec­tion_2123184.html

Pénurie de mas­ques : au-delà de l’ima­gi­na­ble !
https://info­du­jour.fr/poli­ti­que/32683-penu­rie-de-mas­ques-au-dela-de-lima­gi­na­ble

« les pre­miers cas en France étaient le 24 jan­vier, les com­man­des de mas­ques n’ont été faites que fin février, un mois après. Et pour les res­pi­ra­teurs, la com­mande n’a été faite que le 21 mars, il y a une dizaine de jours. Vous voyez le déca­lage entre nos besoins main­te­nant sur le ter­rain et les effets d’annonce sur les com­man­des ».
https://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/les_infir­miers_man­quent_tou­jours_de_mas­ques__182537/docu­ment_actu_pro.phtml

En plus de la pénu­rie de mas­ques, depuis quel­que temps, le manque de sur­blou­ses jeta­bles devient lui aussi pro­blé­ma­ti­que dans la lutte contre le Covid-19 pour 59% des infir­miè­res (enquête du syn­di­cat infir­mier SNPI avec 32.047 répon­ses début avril)
#OnOu­blie­ra­Pas
https://www.huf­fing­ton­post.fr/entry/coro­na­vi­rus-apres-les-mas­ques-la-penu­rie-de-sur­blou­ses-pour-les-soi­gnants_fr_5e8d0adfc5b62459a9308f28

"Leurs choix, ils les assu­me­ront devant la jus­tice pénale parce qu’il y aura quan­tité de plain­tes, de méde­cins et de soi­gnants dès que l’épidémie sera passée ! Il faut bien com­pren­dre que nous, on est tous dans la mouise, les gens qui ont les mains dans le cam­bouis, comme vous dites".
https://www.acri­med.org/Covid-19-les-edi­to­cra­tes-ser­rent-les-rangs

Partager l'article