Ni revalorisation salariale, ni prime pour les #InfirmieresOubliees

Ni revalorisation salariale, ni prime pour les #InfirmieresOubliees

20 décembre 2018

Deux poids, deux mesu­res ! La pro­fes­sion infir­mière s’estime mal­trai­tée, mépri­sée même, par un exé­cu­tif qui ne reconnaît pas leurs com­pé­ten­ces, ni leurs diplô­mes, à leur juste valeur.

https://www.fran­cet­vinfo.fr/eco­no­mie/emploi/recher­che-d-emploi/fonc­tion-publi­que/il-y-a-deux-poids-deux-mesu­res-la-hausse-de-salaire-des-poli­ciers-fait-grin­cer-des-dents-les-autres-fonc­tion­nai­res_3109683.html

« La pro­fes­sion s’est pau­pé­ri­sée », déplore Thierry Amouroux, porte-parole du syn­di­cat infir­mier SNPI CFE-CGC. « Dans les années 1980, une infir­mière gagnait deux fois le SMIC. Aujourd’hui, c’est 1.450 euros pour un débu­tant, soit 1,2 SMIC, malgré un bac + 3. Et la France est désor­mais au 26e rang des pays euro­péens pour le niveau de salaire infir­mier ! » dénonce le syn­di­ca­liste.

Ce n’est pas la reva­lo­ri­sa­tion des car­riè­res PPCR déci­dée en 2016 qui va chan­ger la donne l’année pro­chaine, estime-t-il, puis­que le gain sera de l’ordre de 15 euros par mois. Le SNPI, qui avait par­ti­cipé à la grève infir­mière du 20 novem­bre, est en train de battre le rappel pour un nou­veau mou­ve­ment social en février.

https://www.lese­chos.fr/eco­no­mie-france/social/0600384986074-ecoles-hopi­taux-col­lec­ti­vi­tes-loca­les-les-agents-atten­dent-dau­tres-gestes-finan­ciers-2231729.php

Partager l'article