Retraite infirmière : 55 ans en 2010, 64 ans demain ?

Retraite infirmière : 55 ans en 2010, 64 ans demain ?

2 mars 2023

INFIRMIERES EN COLERE

9 ans de travail en plus en 13 ans, sans prise en compte de la pénibilité : pas question !

"Alors que nous ne pou­vons partir aujourd’hui en retraite qu’à 62 ans, nous récla­mons une reconnais­­sance de la péni­­bi­­lité de la pro­­fes­­sion, dans le public comme dans le privé. Aujourd’hui 30 % des aides-soi­­gnan­­tes et 20 % des infir­­miè­­res par­tent en retraite avec un taux d’inva­­li­­dité".

« Ces deux années de galère sup­plé­men­tai­res, on n’en veut pas. Les infir­miè­res sont en colère. On a déjà tout donné durant notre car­rière. La péni­bi­lité se mesure de manière objec­tive : 7 ans de vie en moins sacri­fiée par les infir­miè­res » déclare Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat natio­­­nal des pro­­­fes­­­sion­­­nels infir­­­miers (SNPI CFE-CGC)

Sept ans, cela cor­res­pond à la dif­fé­rence entre l’espé­­­rance de vie d’une infir­­­mière (78 ans) et l’espé­rance de vie du reste des Françaises (85 ans), selon une étude de la caisse de retraite CNRACL. Les chif­fres sont sans appel : 30 % des aides-soi­­­gnan­­­tes et 20 % des infir­­­miè­­­res par­­tent en retraite avec un taux d’inva­­­li­­­dité !

« Tous les tra­vailleurs de pre­mière ligne, ceux qui ont œuvré pen­dant la pan­dé­mie, sont les pre­miè­res vic­ti­mes de cette réforme. On aurait pu atten­dre une reconnais­sance de la nation, on a une sanc­tion qui tombe : 2 ans ferme ! »

Le Syndicat natio­nal des pro­fes­sion­nels infir­miers (SNPI) appelle toutes les infir­­miè­­res sala­­riées de tous les sec­­teurs à faire grève à partir du 7 mars 2023 contre l’abjecte réforme des retrai­­tes. « Si nous tra­­vaillons, nous pou­­vons des­­cen­­dre dans le hall pour une minute de silence, dépo­­ser 1 heure de grève, réduire l’acti­­vité », écrit le syn­di­cat dans son appel.

« Le passage à 62 ans, c’était le chantage de la ministre Bachelot en 2010, résume Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). On a alors promis aux infirmières des hôpitaux plus de salaire contre le recul de l’âge de départ. » L’augmentation correspondait à environ 150 euros par mois, explique Thierry Amouroux, pour sept ans de travail en plus. Depuis 2010, tous les nouveaux recrutements se font au régime de retraite à 62 ans.

Avec la réforme, infirmières et aides-soignantes au travail jusqu’à 64 ans : « Ça me rend malade »

L’âge de départ en retraite des infirmières du public est passé de 55 à 62 ans en 2010. Avec la nouvelle réforme des retraites, ce sera 64 ans. Soit neuf ans de travail en plus en 13 ans, sans prise en compte de la pénibilité du métier.

« Dans la fonction publique hospitalière, il n’y a rien sur la pénibilité, aucune mesure de quelque nature que ce soit », ajoute Thierry Amouroux, du Syndicat national des professionnels infirmiers. Dans le secteur privé, il y a le compte professionnel de prévention. Mais c’est une telle usine à gaz. Il y a très peu de chances que les infirmières arrivent à faire valoir quelque chose. »
https://www.syndicat-infirmier.com/Retraite-et-penibilite-l-arnaque-du-compte-professionnel-de-prevention-C2P.html

Voir également :
https://www.syndicat-infirmier.com/Retraite-aucune-reconnaissance-de-la-penibilite-de-la-profession-infirmiere.html

Partager l'article