Mobilisation unitaire du 21 janvier 21

15 juin 2020

Appel à sauver notre sys­tème de santé  : soi­gnants et usa­gers se mobi­li­sent aujourd’hui 21 jan­vier pour dénon­cer la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail et les dif­fi­cultés d’accueil et de prise en charge.
- Voir la vidéo https://www.you­tube.com/watch?v=zi_L932FZos&fea­ture=emb_logo
- Santé, social et médico-social, appe­lés à se mobi­li­ser !
https://www.what­sup­doc-lemag.fr/arti­cle/sante-social-et-medico-social-appe­les-se-mobi­li­ser
- Six mois après le Ségur de la santé, « rien ne change » : les soi­gnants appel­lent à la mobi­li­sa­tion

Six mois après le Ségur de la santé, « rien ne change » : les soignants appellent à la mobilisation

Ils veu­lent faire enten­dre la voix de l’hôpi­tal public le 21 jan­vier. Des soi­gnants et usa­gers appel­lent à sauver notre sys­tème de santé, en embau­chant notam­ment du per­son­nel en nombre suf­fi­sant par­tout sur le ter­ri­toire. Voici leur appel et vidéo com­mune.
Les pro­fes­sion­nel·­le·s et usa­ger·e·s des hôpi­taux publics et établissements de santé, de la psy­chia­trie, pour per­son­nes âgées et de l’action sociale dénon­cent la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail des per­son­nels ainsi que les dif­fi­cultés d’accueil et (...)

Appel uni­taire à la mobi­li­sa­tion des soi­gnants le jeudi 21 jan­vier
- à Paris, à 10h, devant le minis­tère de la santé
- en région, devant les ARS et les pré­fec­tu­res

Les pro­fes­sion­nels infir­miers sont en grande souf­france :
- 10% des infir­miè­res sont en dépres­sion, burn out, cer­tai­nes en stress post trau­ma­ti­que suite aux mil­liers de morts évitables, lié au tri des patients faute de lits de réa­ni­ma­tion lors de la pre­mière vague COVID19
- la France est le seul pays du monde qui conti­nue à fermer des lits en période épidémique, ce qui a entrainé une vague de départs d’infir­miers hos­pi­ta­liers (de 7500 postes infir­miers vacants en juin, à 34.000 en sep­tem­bre, et chaque semaine nous cons­ta­tons de nou­veaux départs)

Pourtant, le gou­ver­ne­ment ne nous reva­lo­rise pas à hau­teur de nos com­pé­ten­ces et res­pon­sa­bi­li­tés. En 2021, avec les der­niers effets du "Ségur de la Santé" nous sommes encore payés 10% sous le salaire infir­mier moyen des autres pays d’Europe. La France est passée de la 26ème place (sur 29 pays de l’OCDE) à la 18ème sur les rému­né­ra­tions des infir­miè­res, qui res­tent exploi­tées.

Pourtant, le gou­ver­ne­ment refuse la reconnais­sance en mala­die pro­fes­sion­nelle à 99% des soi­gnants vic­ti­mes du COVID19 faute de maté­riel de pro­tec­tion (seuls les soi­gnants décé­dés ou sous assis­tance res­pi­ra­toire seront pris en charge). C’est abject.

Pourtant, notre décret de com­pé­ten­ces n’a pas été réac­tua­lisé depuis 2004 alors que les tech­ni­ques et pra­ti­ques médi­ca­les évoluent.

Pourtant, nous ne sommes pas écoutés dans les établissements de santé, alors que dans les autres pays les res­pon­sa­bles infir­miers par­ti­ci­pent à la gou­ver­nance.

Le gou­ver­ne­ment est sourd et aveu­gle. Mais il n’est pas avare en fake­news sur le nombre de lits, le salaire des soi­gnants ou sur les moyens donnés à l’hôpi­tal. Le projet de loi de finan­ce­ment de la sécu­rité sociale PLFSS 2021 qui vient d’être voté pré­voit aussi 4 mil­liards de mesu­res d’économies, dont 1,4 mil­liards spé­ci­fi­ques à l’hôpi­tal, pour fermer encore davan­tage de lits d’hos­pi­ta­li­sa­tion :
- "amé­lio­rer la per­for­mance interne" moins 830 mil­lions
- "struc­tu­rer des par­cours de soins effi­cients" moins 215 mil­lions

Alors agis­sons, tous ensem­ble, pour faire enten­dre la voix de la pro­fes­sion.

Partager l'article