Rougeole : fort risque d’épidémie importante

Rougeole : fort risque d'épidémie importante

18 mars 2018

La rougeole touche actuellement 59 départements et l’augmentation rapide du nombre de cas depuis le début de l’année peut faire craindre une nouvelle épidémie importante sur l’ensemble du territoire. La vaccination est le seul moyen de se protéger contre la rougeole.

Au 12 mars 2018, 913 cas ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017, confirmant le début d’une épidémie en France. L’augmentation rapide du nombre de cas observée depuis les trois dernières semaines (environ 300 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante.

"Cette maladie est extrêmement contagieuse. Vu l’état d’engorgement actuel des urgences, la promiscuité des couloirs et salles d’attentes pourrait faire des ravages. Nous invitons tous les professionnels qui ont un doute sur leur statut vaccinal, à se vacciner rapidement pour réduire les risques de contamination à partir d’un foyer hospitalier" alerte Thierry Amouroux, le porte-parole du Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC. "De manière générale, toutes les personnes dont les antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains devraient consulter dès à présent leur médecin traitant afin de mettre à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles."

La proportion de cas de rougeole chez les personnes non ou insuffisamment vaccinées nées après 1980 reste très importante (87%) et reflète l’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole en France. Dans ce contexte, nous vous rappelons l’importance de la vérification systématique du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne née après 1980 et particulièrement les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer.

Pour Santé publique France, "l’ascension rapide du nombre des cas sur les premières semaines de 2018 fait craindre une nouvelle épidémie d’ampleur importante, comme cela a été observé dans plusieurs autres pays européens en 2017". Ainsi, 14.451 cas ont été rapportés en Europe en 2017, à l’origine de 33 décès. Les pays les plus touchés étaient : la Roumanie (5560 cas), l’Italie (5004 cas), la Grèce (967 cas), l’Allemagne (929 cas).

Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement sans attendre les résultats biologiques par tout moyen approprié (téléphone, télécopie) à votre ARS. Les contacts non ou insuffisamment vaccinés de ces cas doivent pouvoir bénéficier très rapidement des mesures de prévention.

Devant tout patient suspecté de rougeole (présentant une éruption cutanée fébrile caractéristique) la mise en œuvre des mesures barrières suivantes est nécessaire :
- assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;
- privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;
- isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;
- assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de protection de type « air » ;
- rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;
- recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;
- aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ.

Une personne atteinte de rougeole peut contaminer 15 à 20 personnes

La rougeole est une infection virale très contagieuse et potentiellement grave pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif. C’est une maladie qui ne touche pas seulement les jeunes enfants mais également les adolescents et les jeunes adultes. La rougeole est due à un virus respiratoire qui se transmet par la projection de gouttelettes salivaires ou respiratoires, en particulier lors de la toux et des éternuements. La contagiosité des cas de rougeole débute environ quatre jours avant l’éruption et dure jusqu’à quatre jours environ après le début de l’éruption.

La vaccination est le seul moyen d’être protégé contre la rougeole

Santé publique France rappelle la nécessité d’une couverture vaccinale très élevée dans la population (au moins 95% avec deux doses de vaccin chez les enfants et les jeunes adultes). Une telle protection collective permettrait d’éliminer la maladie et ses complications et ainsi protéger également les personnes les plus fragiles ne pouvant être elles-mêmes vaccinées (nourrissons de moins d’un an, femmes enceintes, personnes immunodéprimées). Il est donc impératif que toutes les personnes nées à partir de 1980 aient reçu deux doses de vaccin.

À compter du 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole est obligatoire chez le nourrisson, qui doit recevoir une dose du vaccin combiné Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) à l’âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois.

Situation épidémiologique en France au 14 mars 2018
- Au 12 mars 2018, 913 cas déclarés depuis le 6 novembre 2017
- 59 départements touchés par la rougeole
- Incidence la plus élevée chez les moins de 1 an
- Décès en Février d’une jeune femme de 32 ans non vaccinée
- 21 décès dus à la rougeole depuis 2008

Consulter l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/aide-memoire_vaccination_rougeole_2018.pdf

En savoir plus :
- Vaccination-info-service (page dédiée à la rougeole) :
http://www.vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Rougeole
- Outils d’information :
http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/rougeole/outils.asp
- La rougeole : comprendre pour agir :
http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/rougeole/comprendre-agir.asp
- Épidémie de rougeole en France. Actualisation des données de surveillance
http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites
- http://www.solidarites-sante.gouv.fr/rougeole-professionnels-de-sante

Partager l'article